Gilbert Houbre

juillet.mai.png
grands abstraits.png

23 janvier - 13 mars 2021

vernissage samedi 23 janvier

Lancement
Vue d'ensemble
Détail
« 11 juillet 2015 n ° 3 »
« 11 juillet 2015 n ° 2 »
Vue d'ensemble
« le jardin »
« 11 juillet 2015 n ° 1 »
Vue d'ensemble
« paysage n ° 2 »
« paysage n ° 1 »
Détail
« paysage n ° 3 »
Vue d'ensemble
Vue d'ensemble
Vue d'ensemble
« paysage abstrait »
« paysage abstrait »
« paysage abstrait »
« paysage abstrait »

L'embâcle

                                                                                                             « Les rêves échoués desséchés font au ras de la gueule des rivières

                                                                                                                                    / de formidables tas d’ossements muets... »

                                                                                                                                                                                                    Aimé Césaire

                                                                                                                                     Extrait de "C'est moi-même, Terreur, c'est moi-même" ​

Sur les grands papiers, des objets jetés là comme des arbres assemblés après la tempête. Des végétaux baignant dans la vase d’un bord de rivière où s’accumulent, sous un soleil filtré par le feuillage, des sédiments et des bois flottés... Dans ces amoncellements, il y a tout ce qui se presse dans l’oeuvre du peintre quand il dresse les assemblages fragiles de sensations tactiles, de souvenirs enfouis, de fragments de paysages et d’éclats de lumière.

Il faut imaginer Gilbert Houbre au milieu de ses grands krafts déployés au sol, préparant ses pigments dans des récipients assez larges pour y plonger de grandes brosses plates avec lesquelles, sans discontinuer, il construira, dans le frais, l’espace d’un monde à l’échelle du papier. Dans ce corps à corps, tout est flux tendu que rien ne peut interrompre.

L‘ouvrage du peintre est synchronisation des temps, ceux de la nature extérieure dont il saisit la fragilité et ceux de caractère personnel, qui vont et viennent au gré des enthousiasmes et des mélancolies. Quand le dedans et le dehors deviennent réversibles au fil des heures que durent cette danse, d’exaltations en épuisements, de petits pas en enjambées. Par longues coulées, empâtements, passages doux et embardées, la touche accélère ou ralentit les formes, arrange les accords et provoque la collision des teintes. La couleur n’est pas la langue d’une construction bien ordonnée mais l’élément d’une composition de rythmes autonomes, de vibrations et d’écarts.

Suivant l’impulsion d’un premier geste fondateur, le peintre va autoriser la lumière sous les ensembles sombres et dégager, comme le ferait un sauveteur sous les amoncellements, le trait bleu du jour et le battement d’une vie. La peinture joue sa peau quand, tout semblant perdu dans l’obscur des gris, des bruns ou des verts de mousse, elle par- vient à dégager le point d’appui qui la fera tenir pour se déplacer encore, jusqu’à cet état d’équilibre qui marque le temps magique de son achèvement. Cet achèvement n’est pas seulement la combinaison précaire et fragile d’un tout mais aussi la présence des pulsations dans les détails, l’harmonie des contraires, la place juste de la stridence d’un blanc fendant l’abstraction. C’est la force d’un jaune vif qui impose son évidence ou le profond du noir comme un rien.

Un saule mort ou la mémoire d’un coin de jardin. Les bras du peintre retiennent tout ce qu’ils peuvent avant la débâcle dans le courant qui charrie... Le corps est là, tout entier dans la peinture, avec ses proportions et l’ampleur des gestes couvrant le sol mouillé. Puis les grandes compositions, peintes à terre, se lèvent face à nous, tiennent l’espace qui les accueillent, se soutiennent l’une de l’autre, exposent la charpente des lignes maitresses comme des poutres obstruant des profondeurs d’abysses. A l’extrémité des manches de ses spalters comme des longues cuillers pour diner avec le diable, Gilbert Houbre assemble, en surfaces et en vitesses pures, les déchets d’un monde rugueux comme le réel mais habité de forces intimes, vigoureuses comme les rhizomes de l’iris.

 

                                                                                                                                  Christian Sozzi I Galerie B+